Les aventures de Bébé et Bébée en néonat

20130530_155749Cela fait maintenant presque 4 semaines que les bébés sont en néonatologie. Nous en sommes aujourd’hui à préparer leur sortie ! C’est aussi irréel que concret, aussi angoissant qu’excitant. Ils commencent à « apprendre à boire », comme on dit en néonat, c’est-à-dire à aspirer, déglutir, avaler le lait pour, petit-à-petit, se passer de la sonde gastrique. Bébée a commencé très fort, puisque dès le début, elle a bu quasiment tout ses biberons, à tel point que les médecins envisageaient de la faire sortir en fin de semaine. Seule, sans Bébé, qui n’allait pas si vite. « Désolée de cette bonne nouvelle », m’a dit le médecin devant ma tête à son annonce. Rentrer à la maison seule, sans son frère ? Cela me brisait le cœur d’envisager « d’abandonner » Bébé, tout seul à l’hôpital. Finalement, Bébée a ralenti le rythme, et s’est mise à boire quasiment autant que Bébé, qui, lui, a augmenté la cadence et s’est séparé définitivement de son assistance respiratoire. « Elle a voulu attendre son frère ! », a plaisanté le médecin, un peu désappointé d’avoir à réviser son planning. Oui, Bébée a attendu Bébé, et Bébé a tout fait pour rattraper Bébée, j’en suis certaine. Ils sont tellement apaisés et sereins lorsqu’ils sont réunis, ensemble, dans le même lit. Lire la suite

Les aventures de Bébé et Bébée en réa-néonat

IMG_2899Mes bébés sont donc arrivés juste après leur naissance en réanimation néonatale, tous les deux intubés. L’intubation chez les prémas, c’est un fin tuyau introduit dans l’une des narines qui va jusqu’à la trachée pour leur permettre de respirer. Ils deviennent alors des bébés fantômes : lorsqu’ils pleurent, leurs corps se meuvent, leurs bouches s’ouvrent, mais aucun son ne sort. Dans la série fils et raccordements, il y a aussi la sonde gastrique, qui passe par le nez lorsque le bébé est intubé, ou par la bouche s’il est extubé, trois capteurs sont collés sur leurs poitrines, un autre sur un pied pour la tension et un dernier sur l’autre pied pour la saturation, le tout relié au fameux « scop » qui relaie les fréquences respiratoires, cardiaques, et la saturation en oxygène. Il sonne souvent, généralement pour rien, mais nous fait à chaque fois sauter le cœur dans la poitrine. Lorsqu’il se tait, c’est la sonnerie de l’incubateur qui prend le relais (trop chaud, trop froid…), ou encore celle de la seringue de lait qui est terminée, quand ce ne sont pas les sonneries des chambres d’à côté. Enfin, il y a le fameux cathéter qui dévore tout l’avant-bras du bébé. En environnement post-natal, on a vu plus doux. Lire la suite