Chaque FIV a son Histoire

histoire 2Au moment où je commence à m’habituer à l’idée délicieuse de devenir maman et à me sentir beaucoup plus à l’aise dans les confortables souliers de la grossesse, je repense parfois à tout ce parcours derrière moi. Et je me rends compte qu’alors que j’ai du mal à situer mes 7 IAC dans le temps, faisant plutôt partie du vaste marasme de 3 années de PMA,  le contexte de chacune de mes 5 FIV, leurs déroulements et leurs épilogues respectifs, restent gravés dans ma mémoire.

Au moment aussi où, 10 mois après que les médias aient pour la plupart piteusement marqué les 30 ans de la première FIV en France, la PMA refait bien malgré elle surface dans l’actualité. Et nous, les affreuses créatures infertiles accompagnées par leurs dangereux gynécologues écervelés, avec. Lire la suite

Impitoyable attente

Voilà une semaine tout juste que nos deux mininous ont été implantés en moi. Y sont-ils encore ? Ont-ils réussi à se fixer ? Etaient-ils assez forts pour réussir l’accroche ? Mon endomètre était-il assez épais ? La vascularisation de mon utérus est-elle assez bonne pour les y aider, le cas échéant ? A toutes ces questions il est impossible à quiquonque de répondre. Lire la suite

Chronique d’une FIV annoncée

Même si j’ai eu un peu de mal à trouver le sommeil, j’ai dormi plutôt sereinement la nuit dernière. Et puis dès le lever, tout s’est enchaîné assez vite et je n’ai pas vraiment eu le temps de stresser, jusqu’à l’installation fatidique où l’on ne peut  ne penser plus qu’à ça.

Pendant que SuperDoc effectue l’anesthésie locale, j’essaie de me détendre le plus possible, me concentrant sur ma respiration, m’évadant en pensées et me retrouvant à l’autre bout du monde, à vélo au milieu des rizières vietnamiennes. Lire la suite

22h24 d’une journée marathon

7h : levé rapide. Mon nouvel infirmier doit venir me faire mes piqûres de gonal et cétrotide avant ma prise de sang (j’ai oublié de vous dire qu’à cause d’un déménagement temporaire pour travaux, j’ai changé de cabinet infirmier, cela aura son sens plus tard dans mon post). Une dernière petite blague, je referme l porte derrière lui, je mets mes chaussures, je rouvre la porte et je file au labo.

7h45 : j’arrive devant la secrétaire sur laquelle j’avais quelque peu hurlé samedi (pour rappel, à 13h45 ni SuperDoc ni moi n’avions reçu mes résultats et le labo était fermé…). L’accueil est tiède, même si elle me dit comprendre ma situation : « c’est vrai que ce n’était pas votre faute ». Vraiment? Lire la suite

L’angoisse de la ponction blanche

Demain, c’est le jour du dosage et de l’écho de contrôle. Je suis stressée. Légèrement plus que d’habitude je l’avoue. Je ne suis pourtant pas novice puisque c’est ma douzième stimulation sous contrôle de ce type. Mais cette fois-ci,  le choc de la ponction blanche de mai refait surface.

Je sais que cela arrive régulièrement, même aux femmes fertiles, mais elles, elles ne s’en rendent pas compte. Je sais que ce n’est pas forcément la résultante de mon insuffisance ovarienne et le fait de mes ovaires paresseux plus susceptibles de produire des follicules de mauvaise qualité. Je sais que même les femmes en situation d’infertilité inexpliquée, OPQ, endométriose ou autres ont parfois subi cette terrible impasse. Il n’empêche. Lire la suite

En route

On y est. J’ai fait ce matin ma première piqûre de gonal pour tenter cette nouvelle FIV2. Mes munitions dans mon frigo, je suis parée. Ce matin je me suis même fait ma piqûre toute seule : comme j’ai eu mes règles samedi soir, il était trop tard pour prévenir le cabinet infirmier, surtout en plein week-end.

D’habitude, lorsque j’étais obligée de me faire cette piqûre seule (trop de neige pour que les infirmières puissent venir jusqu’à chez moi, ou week-end hors de la maison…), j’étais un peu stressée. Pour moi, ce geste ressemblait un peu à une automutiliation.  Lire la suite

Choc

La ponction blanche, j’y avais un peu pensé, notamment au regard de ce qui était arrivé à Lily, mais je me disais que sur 3 follicules, il y en aurait au moins un qui cacherait un bel ovocyte. Après anesthésie locale des parois vaginales, SuperDoc part en observation de mes 3 follicules avant ponction. Il s’est avéré que le « gros » follicule de 20mm que nous avions vu jeudi s’est littéralement désintégré, l’ovulation ayant déjà pu avoir lieu puisque SuperDoc n’avait pas introduit le Cétrotide, craignant qu’il n’agisse sur la qualité des ovocytes.

 Nous nous rabattons alors sur les 2 autres follicules accrochés à l’ovaire gauche. Après la ponction qui m’a plutôt fait mal, la biologiste est formelle : il n’y a rien à l’intérieur, ils sont de mauvaise qualité. Je suis un peu sonnée, et par l’anesthésie, et par la nouvelle. Je demande confirmation à l’autre biologiste qui me tient la main : « il n’y a rien alors? ». « Non malheureusement », me répond-elle. A cet instant, je réalise. Tout cela pour rien. Tout cet espoir pour rien. Ma potion magique n’était pas prévue pour cela. Je pars en larmes, tout en essayant de maîtriser mes sanglots pour ne pas trop bouger le bassin, SuperDoc étant affairé à éponger les larmes de sang qui coulaient de mon col. Il s’interroge sur les traces d’éclosion du « gros » follicule : peut-être n’est-il pas trop tard pour une IAC. Je rejoins ma chambre, éclate en sanglots. Amour m’y retrouve, il me serre fort dans ses bras.

Lire la suite

Satisfaction relative

Nous sommes à J8. « Ben quoi? Et alors? » se demandent les fillesfertiles. Toutes les PMettes le savent : J8, c’est le 8ème jour après les règles, le jour où l’on fait les premiers dosages hormonaux et la première écho folliculaire, le jour où tout peut s’effondrer si les résultats ne sont pas à la hauteur de ceux escomptés. C’est un peu ce qui m’est arrivé le mois dernier lorsque la FIV2 s’est transformée en IAC5, soldée, je vous le donne en mille, par un échec.

Tôt ce matin, je suis donc repartie au front : prise de sang et écho. Résultat : 3 follicules, un à 21 mm, un à 14 et le petit dernier à 9, ce qui n’est pas terrible terrible vu les doses de Gonal que je m’enfile chaque soir. Et mon radiologue de se prendre pour mon gyné : « il ne faudrait pas changer de tactique, là? ». Eh oh, j’t’en pose des questions? Tu connais ma pathologie? Tu connais la gynécologie au-delà de savoir compter les follicules et mesurer l’endomètre? Non, alors LA FERME!! Rien n’est sorti de ma bouche bien sûr, mais j’ai pensé tout cela [très] fortement.

Lire la suite

Trouver l’harmonie

Hop hop hop c’est reparti pour la FIV2. Juste le temps d’encaisser l’échec de la IAC et nous voilà sur le chemin d’une nouvelle stimulation, qui, je l’espère, se soldera cette fois par une FIV et, rêvons un peu, un joli petit +.

Merci à toutes mes copinautes pour leur soutien et leurs mots sur mon article précédent. C’était moins un désespoir (même s’il était un peu là quand même) qu’un ras-le-bol. Un ras-le-bol des échecs, des femmes qui tombent enceintes comme on va chercher son pain (j’innove en trouvant une nouvelle comparaison, pas mal hein! Sinon il y a comme on s’enfile une tablette de chocolat, ou comme le soleil qui se lève chaque matin…). Bref, ras-le-bol des bébés tout neufs, des gros ventres qui surgissent … et d’être à chaque fois la seule à proposer aux femmes enceintes de leur laisser ma place assise dans le métro… Belle Bretagne me conseillait de me laisser du temps, mais je n’en ressens pas le besoin. J’ai envie d’en finir. D’aller au bout, et d’en finir, je ne supporte plus d’attendre. Au moins, là, un nouvel espoir pointe, et j’essaie de trouver une certaine harmonie avec lui [mais merci infiniement pour tes conseils chère copinaute d’une si belle région].

Lire la suite

Mi-figue, mi-raisin

Comme prévu, j’ai fait le dosage et l’écho de suivi ce matin. Pas hyper réveillée j’avoue, je flottais un peu sur mon petit nuage et ne pensais pas vraiment aux enjeux de ces actes. L’écho me les a vite rappelés. L’ovaire droit a produit 2 follicules, un de 13 et l’autre de 7 mm. Sur le gauche, à peine 2 petites images folliculaires sont apparues (4,5 et 5 mm). Un peu déçue, certes. En sortant, je rassure tout de même Amour en lui disant que nous ne sommes qu’à J7 et qu’ils ont encore le temps de pousser. En février, à J8, aucune image folliculaire n’était visible, et comme par magie, l’une de ces petites cavités a poussé en 4 jours, alors… Alors je me dis que SuperDoc m’expliquera « attendons, refaisons une écho mardi ». J’en prends même le pari avec Amour.

Lire la suite