Les aventures de Bébé et Bébée en néonat

20130530_155749Cela fait maintenant presque 4 semaines que les bébés sont en néonatologie. Nous en sommes aujourd’hui à préparer leur sortie ! C’est aussi irréel que concret, aussi angoissant qu’excitant. Ils commencent à « apprendre à boire », comme on dit en néonat, c’est-à-dire à aspirer, déglutir, avaler le lait pour, petit-à-petit, se passer de la sonde gastrique. Bébée a commencé très fort, puisque dès le début, elle a bu quasiment tout ses biberons, à tel point que les médecins envisageaient de la faire sortir en fin de semaine. Seule, sans Bébé, qui n’allait pas si vite. « Désolée de cette bonne nouvelle », m’a dit le médecin devant ma tête à son annonce. Rentrer à la maison seule, sans son frère ? Cela me brisait le cœur d’envisager « d’abandonner » Bébé, tout seul à l’hôpital. Finalement, Bébée a ralenti le rythme, et s’est mise à boire quasiment autant que Bébé, qui, lui, a augmenté la cadence et s’est séparé définitivement de son assistance respiratoire. « Elle a voulu attendre son frère ! », a plaisanté le médecin, un peu désappointé d’avoir à réviser son planning. Oui, Bébée a attendu Bébé, et Bébé a tout fait pour rattraper Bébée, j’en suis certaine. Ils sont tellement apaisés et sereins lorsqu’ils sont réunis, ensemble, dans le même lit.

Ils ont auparavant été séparés plusieurs fois. En néonat, il y a 2 services : les soins intensifs et la médecine. Bébé a dû rester plus longtemps que Bébée en soins puisqu’il avait encore besoin de sa sipape. Bébée était alors dans une chambre avec deux autres bébés, dont un « gros » (à terme!) qui n’arrêtait pas de hurler. Avec ses lunettes à oxygène, Bébé a pu rejoindre sa sœur le jour de la fête des mères. Ils sont restés ensemble depuis, seuls dans la même chambre, notre chambre, une chance.

Nous apprenons chaque jour à mieux connaître nos bébés, et à nous occuper d’eux. Ma main tremblante hésitait souvent à retirer le petit bras de la manche du body, je le fais maintenant de plus en plus vite, (presque) sans y penser. Les bains sont un vrai bonheur. Déscopés, sans capteurs, débarrassés des fils hormis la sonde gastrique, mes bébés sont libres comme l’air. Nous faisons encore des bains enveloppés, pour ne pas qu’ils se refroidissent trop : nous lavons le bébé emmailloté dans un linge, puis le rinçons dans la baignoire. Mes deux Bébés ont adoré le bain. Selon l’infirmière, 99% des bébés pleurent lors de la première « phase », pas eux. C’était plutôt la découverte de nouvelles sensations de bien-être, câlinés par leur maman toute heureuse de doucement savonner de ses mains leurs petits ventres, bras, cuisses, dos…

Ils s’éveillent de plus en plus mes bébés d’amour. Les regards sont beaucoup plus vifs, appuyés. Le besoin de réconfort, d’être pris dans les bras, se fait de plus en plus sentir, surtout le soir. Ils adorent être portés contre mon cœur, entendre ma respiration, les battements de mon cœur et les vibrations de ma voix. Les bruits alentours n’ont alors plus aucune prise sur eux, sur moi, sur nous. Nous avons recréés notre bulle. Un jour, une infirmière m’a proposé de les prendre ensemble, tous les deux dans mes bras. L’un appuyé sur mon bras gauche, l’autre sur mon bras droit. Mon équilibre. C’était tout simplement fabuleux. Une fois mes bébés bien installés et l’infirmière partie, je suis restée là, à les contempler de tout mon amour. De douces larmes ont bien évidemment coulé sur mon visage. Tous les trois réunis, la première fois depuis l’accouchement, la première fois depuis qu’on les a arrachés à mon utérus.

Je peux passer des heures à les observer, simplement les regarder respirer, vivre, grandir. Ils nagent encore un peu dans le naissance mais les pyjamas et body de taille préma sont devenus trop petits. Et je me prends à me réjouir qu’ils ne soient plus prémas tout en m’empreignant de nostalgie lorsque je range définitivement ces petits vêtements, sous le regard à la fois compatissant et moqueur d’Amour.

Ils apprennent aussi à se connaître l’un l’autre, c’est tellement plaisant à percevoir. Les bruissements de l’un répondent aux gémissements de l’autre. Dans le même lit, même lorsque j’essaie de laisser assez de place à chacun pour ne pas gêner l’autre, ils se rapprochent naturellement l’un de l’autre, jusqu’à ce que le nez de l’un se pose sur la paupière fermée de l’autre, la main de l’un sur la main de l’autre. Leur chambre voit régulièrement défiler les infirmières venues admirer « les jumeaux », « si mignons », « si gentils », « qui ne pleurent jamais » et « qui se plaisent si bien ensemble », malgré l’exiguïté d’un lit structuré pour un seul bébé.

Nos bébés chéris, Amour et moi avons tellement hâte qu’ils soient à la maison avec nous. Nous commençons à avoir du mal à réfréner l’impatience de nos familles et amis à coups de simples photos, il est chaque jour de plus en plus dur de partir de l’hôpital le soir. Il est temps qu’ils rentrent. Bientôt, bientôt.

Publicités

14 réflexions sur “Les aventures de Bébé et Bébée en néonat

  1. c’est super émouvant ! je me rappelle aussi de la 1e fois que j’ai pu les prendre tous les 2 dans mes bras…de mes larmes de joie aussi. profite bien de ces moments, ils sont magiques. je vous souhaite de rentrer très vite et sereinement à la maison, et de commencer pour de vrai votre vie de famille. plein de bises

  2. Quelle émotion dans tes mots … tu fais corps avec tes bébés ! Ils sentent que tu es sereine et que tu leur fais confiance et de ce fait il évoluent vite ! Bientôt à la maison … que de beaux moments à 4 qui s’annoncent !

  3. Comme je te souhaite de tout mon cœur un retour rapide à la maison.
    que tu puisses enfin profiter librement de tes deux amours. Gros bisous

  4. Merci pour ce texte très, très, très émouvant…
    J’aurais eu besoin de cela, bébé, que l’on me mette dans le lit de ma jumelle. A l’époque personne ne se préoccupait du traumatisme que représente, pour eux, la séparation des jumeaux. Je suis rentrée à la maison, ma sœur jumelle est restée hospitalisée. Des années plus tard il m’a fallu longuement travailler sur mes angoisses de séparation. Tes jumeaux savent que l’autre est là, que tu es là, que tout va bien, ça n’a pas de prix.
    Je vous souhaite un merveilleux retour à la maison, le doux et fou vertige de rentrer à quatre…

  5. Bon retour chez vous à tous les quatre, Bebee a du raison d’attendre son frère, c’est bien mieux comme ça ! Le bout du tunnel approche pour vous… moi je viens d’entrer dans le mien. Plein de pensées

  6. Je lis tes messages avec beaucoup d’intérêt il me font souvent pleurer, que se soit de tristesse (au début) ou de joie (maintenant), du coup bien souvent je n’ai pas laissé de commentaire mais cela me fait vraiment plaisir de voir que pour vous, les choses vont de mieux en mieux. Bises Lilas

  7. rhalala ! C’est tellement émouvant tout ça. Ils ont l’air très proches ces bébés entre eux.
    Quelle bonheur cela a dû être pour toi de les tenir tous les deux !
    J’attends avec impatience leur sortie. Biz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s