Temps et sentiments ambivalents

Cela fait un petit bout de temps que je n’ai pas repris la plume. J’ai toujours pensé que lorsque je serais enceinte, mon blog regorgerait d’articles. Bonheurs, angoisses, interrogations, certitudes. Je n’aurais jamais pensé qu’il serait si dur pour moi de revenir ici, alors que ce blog a été ma bouée de sauvetage pendant 2 ans.

Le fait est que je ne réussis pas à  … à me répandre.

Auprès de mes soeurs pour commencer. Moi qui leur ai toujours tout dit, joies, peurs, tristesses, exaltations… Aujourd’hui les phrases « tu sais mon ventre pousse comme un champignon ça fait bizarre! », « ça fait un peu peur quand même », « faut que je me trouve des fringues mais c’est hyper cher! », « j’ai un rhume j’ai peur pour les bébés quand je tousse », « c’est drôle de les imaginer suçant leurs pouces en s’endormant chacun dans leurs poches », « j’espère qu’ils ne naîtrons pas prématurés », « tu crois qu’ils vont bien ? », « notre vie va changer on en a même pas conscience », « on s’est même pas encore inscrits sur la liste d’attente pour une crèche », « j’espère qu’ils seront sympas à la maternité », « pfou, j’suis fatiguée » ; prêtes à sortir, elles restent bloquées dans ma gorge ces phrases. Du coup, je tousse…

Et auprès de mes copinautes de labeur aussi, qui continuent à subir des échecs. Quand j’étais moi-même dans cette situation, lire le blog d’Irouwen me redonnait espoir et me faisait du bien pourtant. Je ne suis pas vraiment dans une sorte de culpabilité. Après 3 ans de PMA, 4 d’essais bébé, 7 IAC et 5 FIV, je crois que j’ai le droit d’apprécier pleinement ce qui m’arrive. Même si la méritoPMA, ça m’exaspère un peu… Un peu paradoxale la lueur… Je crois que j’ai une certaine pudeur à m’écrire aujourd’hui, en imaginant mes copinautes en souffrance me lire.

Et puis j’ai encore des réflexes PMA, du style post FIV : je pense à mes bébés, je me confie à eux, et tout-à-coup je me dis que je parle peut-être dans le vide, qu’ils ne sont pas/plus là. A part l’inscription à la maternité que j’ai réussi à me forcer à faire tôt pour être sûr d’avoir celle de mon choix, nous n’avons rien organisé ni anticipé. Pas encore d’inscription à la crèche, allocations familiales ? familiales vous avez dit ?

Jusqu’à il y a encore 2 semaines, mon entourage était étonné que je puisse encore rentrer dans mes fringues habituelles, arrivant quasiment à 3 mois de grossesse et attendant qui plus est des jumeaux. Je ne pouvais plus mettre certains pantalons, mais mes jupes préférées si. Et je ne me posais pas de questions sur l’après.

Puis vint le temps des annonces. De la gêne, de l’incrédulité en le disant. Une sensation de « non, c’est moi qui est en train de dire ça ? ». Une certaine émotion aussi. Et puis paf, mon ventre a poussé d’un coup. Un relâchement des abdominaux après les annonces il paraît. Mon corps qui me dit « ça y est, tu peux y croire ». Et nous partions en vacances. Heureusement que ma copine Do avait tout prévu pour moi en me prêtant ses fringues sans que je n’ai eu la moindre idée de les lui demander. Pour la petite anecdote, c’est drôle un pantalon de grossesse : on a toujours le réflexe de vouloir déboutonner le bouton du haut…

Du temps, oui, il m’en faut. Et je crois que c’est naturel. Je sens que petit à petit, j’évolue, je commence à m’appréhender enceinte, comme à chaque fois que je touche mon ventre et que je dis à haute voix « mes bébés, mes bébés » devant Amour. Comme chaque matin lorsqu’Amour touche mon ventre en disant « bonjour les bébés, bien dormi? ».

Je vais essayer d’être plus assidue maintenant dans l’écriture. Parce que cela me fait toujours autant de bien, et parce que je veux que mes bébés sachent et connaissent ce qu’était ma vie en les portant, et pas uniquement le calvaire qu’il a fallu vivre pour les avoir.

Publicités

41 réflexions sur “Temps et sentiments ambivalents

  1. Je sors du bois… J espère insuffler un peu de force, d’espoir à celles qui sont sur le quai.
    Après 6 inséminations, 3 fiv… Je suis partie à Thessalonique pour la première fois en 2009.. De négatif en accident de parcours… J’y suis retournée… 6 fois… 5 fiv do et 1 tec…. Aujourd’hui, j attends un petit prince qui arrivera dans trois mois… Alors battez vous, ne lâchez rien… L acharnement finit par payer…. Bon courage à toutes
    Sinon pour finir, j’adore lire ton blog…. Ton aventure à Thessalonique …. Ça résonne beaucoup en moi… Profite…

  2. Je suis contente pour toi.J’ai en tant que pmettes sans jamais d’accroche peur que ça marche jamais, et c’est vrai une sorte de pincement à chaque nouvelle bonne nouvelle qui me gifle et me dit ça t’arrivera peut etre jamais ….mais d’un autre côté ,celui que je prends ,qui me dit allez ça avance pour tout le monde ,mon tour viendra….courage.
    Ton bonheur me chuchote que le mien viendra.

  3. Heureuse de vous lire a nouveau et de savoir que cette grossesse se passe sans encombres.je comprends parfaitement votre ressentie,pour le vivre moi-meme.d’ailleurs mon entourage ne l’a su qu’a mes quatre mois de grossesse au décès de deux membres de ma famille.quelle ironie!! cette retenue est normale et je n’imagine pas les choses autrement tant je sais a quel point l’annonce d’une grossesse est difficile a entendre pour une pmette,que j’ai été et dont le souvenir ne me quittera jamais.alors faites comme vous le ressentez et vivez chaque seconde de votre grossesse avec bonheur et amour.bises

  4. Je me retrouve bien dans tes mots, c’est si bien dit! C’est pas evident de tout gerer, le bonheur, l’angoisse, l’espoir, la peur de faire mal, on en deviendrait facilement maladroite.
    Et nous non plus on a pas avancé sur le sujet creche ou nounou et je crois que mon homme est encore plus sur la defensive que moi, on va dire doucement mais surement…
    Prends soin de toi, de vous! bisous

  5. Je viens de lire ton billet et tous les commentaires, j’ai la gorge nouée… Tellement d’émotions mêlées à tous ces mots. Je te souhaite sincèrement beaucoup de bonheur Lueur.
    Mais il est vrai qu’après 10 ans de PMA (5 echecs FIV + 1 echec FIV do ) j’ai l’impression d’être au fond du gouffre et que je vais y rester toute seule. Alors oui j’avoue les réussites des autres me rendent triste, j’ai l’impression de perdre des alliées.
    Mais je ne peux m’empêcher d’aller vous lire : ronchonnant quand vous nous décrivez votre grossesse « elle a bien changé.. » et ronchonnant aussi quand vous n’écrivez plus : « sont tellement heureuses qu’elles nous oublient… »
    Je vous embrasses toutes tendrement, les copinautes.

  6. je comprends ce que tu peux ressentir… Moi non plus je n’ai pas encore commencé les inscriptions pour la crèche… parfois un peu l’impression de vivre la vie d’une autre! Il nous faut certainement du temps…
    En tout cas très contente de voir que tout continue de bien se dérouler pour toi!

  7. A y est … j’ai ma phrase … A force de tourner ma pensée dans ma tête, voici ce que je voulais dire :  » Même si il est difficile à certaines Pmettes de voir notre réussite et de s’exprimer, je sais que l’immense majorité d’entre elles se réjouissent de notre succès, malgré le pincement au coeur qu’elles ressentent. De la même manière, j’ose espérer que celles qui restent silencieuses devant nos échecs compatissent également « . J’espère être plus claire ainsi et que vous me comprenez
    Voilà, je pense en avoir fini avec cet incident ici sur ce blog (Encore désolée Lueur).
    Et si vous voulez réagir à mes propos; vous pouvez sans problème m’écrire sur mon mail direct : guitouneland@gmail.com

  8. OUh la .. Lueur je me permets de répondre sur ton post, je n’avais pas vu les réactions à mon commentaire.
    Lilou, Plume et Vahiné : je suis extrèment désolée de vous avoir froissé.
    Plume : J’ai eu 2 echecs en FIV – La 1ère FIV pour Marvellous a été un echec, et ma FIV en Mars dernier pour BB2 aussi… Et j’ai eu très mal de savoir l’echec de ton IAC…
    Quand je parlais du manque de réaction, je ne parlais pas de mon succès récent mais de la grossesse et de la fausse couche de cet été.
    J’ai ouvert mon blog pour le soutien, pour échanger, j’ai reçu énormément de soutien, j’ai fait des rencontres magnifiques.
    J’ai toujours soutenu toutes les Pmettes, j’ai souvent pleuré devant vos parcours. j’ai enragé devant l’injustice. Le tout avec énormément de sincérité… Parce qu’il était important pour moi de vous donner espoir, d’essayer de vous soutenir
    J’ai enormément culpabilisé de mes succès : Pourquoi moi ? pourquoi pas les autres avant moi ?? J’ai une tendresse très forte pour Vahiné, pour toi aussi Plume. Et vous vous avez été là aussi dans les moments difficiles, surtout toi ma Vahiné.
    Je sais ce que c’est : le bonheur de voir une Fille toucher le graal et la piqure au coeur que l’on ressent. J’imagine combien cette douleur est exacerbée avec le temps.
    Je n’arrive pas à trouver les bons mots pour vous expliquer ce que j’ai voulu dire … C’est ecrit on ne peut pas l’oublier ni l’effacer. Je le regrette.
    Je sais que mon parcours peut vous paraitre facile et rapide. Il l’a été parce que nous avons été obligés, vu mon age et ma pathologie d’enchainer les traitements mais aussi parce que les gynécos ont fait leur maximum pour accélerer le processus. Et je comprends que des années d’echec usent. Et aujourd’hui je me sens particulièrement mal…On en a parlé plein de fois sur nos blogs de cette ambivalence des sentiments, si bien décrits par Lueur, assez maladroitement exprimés par moi de toute évidence….

    Je suis bouleversée, et je pleure de tristesse de vous avoir blessées (loin de moi cette idée) et j’enrage d’avoir été si conne.
    Vous que j’apprécie tant, je m’en excuse sincèrement et profondément … et je m’excuse aussi aurpès de vous toutes qui ont souffert par mes mots.

    • ma Barbidou ne te culpabilises pas trop. Tu as expliqué, tu as compris, été bouleversée… Je pense que les filles ont compris que tes mots ont dépassé ta pensée, qui est toujours bienveillante.
      Je veux dire que je pense fort à toutes celles qui lisent, et qui n’arrivent pas à se réjouir. Je veux leur dire que je les comprends, que c’est normal, et que je n’en suis pas du tout peinée.
      Pourquoi? Parce que je suis passée par là moi aussi. Je sais ce qu’on ressent. La sensation d’être au fond du trou sans avoir aucune solution pour en sortir. Et que les parois du trou s’effondrent en plus….
      Je pense à vous toutes. Et j’espère une horde de jolis +++ en 2013!

  9. Lueur, tu as bcp oeuvré pour attendre ce bonheur. Ca m’a fait chaud au coeur de savoir que tes deux petits vies battaient en toi… Cet espace est le tien; tu y racontes ce qui t’inspires avec la pudeur et la douceur qui te caractérisent. Gros bisous

  10. moi je suis ravie pour toi… Ta grossesse me donne tellement d’espoir… Apres généralement je vais toujours sur les blogs des pmettes enceintes mais je commente moins parce que je ne sais plus bien quoi dire… Mais je veille dans l’ombre… Apres tout dépend des moments aussi !!!

    bref fais comme tu le sens et si tu as envie de garder cette grossesse pour toi, fais-le. personne ne t’en voudra. VIens juste faire un coucou de temps en temps. Juste un « tout va bien »… bises

  11. Pour moi, tu resteras forever ma cop’s de FIV, était-ce la 2 ou 3 qu’on a faites ensembles ? J’ai beaucoup d’empathie pour ton parcours qui a été compliqué.
    Et surtout qui est enfin porteur de bonheur.
    J’espère que tu vas venir plus souvent ici car j’aime beaucoup te lire.
    Et pour celles qui s’étonneraient que les PMettes deviennent aigries après des années d’échecs et de tristesse, je leur souhaite de ne jamais connaitre cet état, de 4 ans de parcours avec stims simple, 5 IAC, 4 FIV, 2 TEC; 11 embryons, 5 transferts et pas une seule accroche. Comment ne pas devenir aigrie ?
    pleins de bises

    • oui c’était la 3 je crois!!! Que de soutien et d’émotions!! c’est vrai que c’est difficile de ne pas devenir aigrie après tous ces échecs. Mais ta lutte est exemplaire : tu restes plus que jamais soudée à ton homme. courage ma belle!!

  12. Je dirais comme les copines. Ambivalence : normale. L’impression d’être illégitime : normal.
    Après, tu es enceinte et t’as pas forcément envie d’étaler tout.
    Biz

  13. il y a cette phrase: « Après 3 ans de PMA, 4 d’essais bébé, 7 IAC et 5 FIV, je crois que j’ai le droit d’apprécier pleinement ce qui m’arrive. » qui regonflerait d’espoir le moindre mini moral !:-)
    Et celle-ci : « comme à chaque fois que je touche mon ventre et que je dis à haute voix « mes bébés, mes bébés » devant Amour. Comme chaque matin lorsqu’Amour touche mon ventre en disant « bonjour les bébés, bien dormi?  » qui donne un ptit pincement au coeur quand on est encore en attente.
    Il y a surtout, toute la douceur qui se dégage de ton billet. Fais ce que bon te semble, ce dont tu as envie, ce dont tu as besoin 🙂
    BIses

  14. L’essentiel est que vous alliez bien. Tu n’es pas obligée d’écrire… Je ne te cache pas et tu le sais que lire ces nouveaux propos quand certaines passent de l’autre côté fait à la fois chaud au coeur et donne espoir et fait aussi un petit pincement, et moi et moi et moi… Mais je suis contente de te lire et de voir que tout va bien, je pense que la grossesse n’est pas facile à apprivoiser après un parcours PMA, la sérénité insouciante encore moins. mais savoure ton bonheur. et donne nous un bel exemple et crée une spirale de succès pour 2013, svp !!! Bises

  15. Lueur moi j’attendais de tes nouvelles, je m’inquiétais un peu, puis je me disais que tu devais soit etre auprès de ta soeur, soit en train de profiter de ton état gonflant et épanouissant.
    Égoïstement, je voudrais continuer à partager ton vécu de femme enceinte de jumeaux grâce au don d’ovocyte. Tous ces points communs me rapprochant de toi, un petit peu, car quoi que l’on en dise, être enceinte grâce au don d’ovocyte, ce n’est pas pareil que d’être enceinte avec ses propres ovocytes. Alors cela me réjouissait de pouvoir avoir ton point de vue sur cet état, ton ressenti, tes émotions, votre évolution.
    Alors moi, j’ai besoin de toi, de ce que tu peux écrire, penser, vivre vis à vis de ta grossesse.
    Et puis, comme le dise les copines, si tu ne veux pas voir les copines enceintes, tu ne viens pas lire ce qu’elles écrivent. Ce que j’ai fais moi aussi à une époque.
    bref, Lueur, moi je viens régulièrement ici, pour avoir de tes nouvelles et partager un petit peu ce que tu peux vivre.

  16. Je comprends très bien l’ambivallence de tes sentiments, pour les avoir ressentis cet été et les réactions (ou plutot les non réactions) m’ont montré à quel point pour certaines l’espoir de voir une réussite est douloureux. Ces sentiments reviennent en force en ce moment. Fort heureusement, la majorité (dont je fais partie) sait se rejouir d’une annonce de grossesse, quel que soit le moment du parcours. Alors moi je me réjouis pour toi, j’ai hate de lire, avec ton style, tes premiers émois, tes premières interrogations, tes premières joies. Tu sais, l’avantage avec ce blog, c’est que c’est le tien, nous sommes libres de le lire tant que nous ne voulons et d’arréter si nous ne nous y retrouvons plus.
    Savoure cette grossesse si belle, si précieuse. Votre vie va changer, tu as encore quelques mois pour te préparer et au fur et à mesure de leur évolution tu te projetteras dans ton role de maman.
    Bises et donne nous de tes nouvelles..

    • Barbidou,
      Je me sens très peinée par une de tes phrases… Il y a certainement des choses plus facile à ressentir, à dire, une fois qu’on a déjà un enfant voire quand on en attend un deuxième.
      Je te t’ai toujours trouvé très empathique, très posée, très juste dans tes billets, sur tes tweets, sur tes commentaires, mais là le « Fort heureusement, la majorité (dont je fais partie) sait se rejouir d’une annonce de grossesse, quel que soit le moment du parcours », je le trouve osé… C’est un jugement que je trouve très dur…
      On a tous des moments complètement down, particulièrement dépendant de nos timings, je croyais que toute PMette pouvait le comprendre…
      Je vais parler uniquement de mon cas, après 7 ans d’échec à enchainer les FIV sans AUCUNE accroche, je pense être une fille qui réagit très normalement : il y a des jours où je ne pourrais pas féliciter quelqu’un qu’elle soit PMette ou non…

      Ce commentaire n’a rien à voir avec le post de Lueur, que j’aimerai lire bien plus souvent 😉
      Alors Lueur, lâche-toi!! Enfin, tu fais comme tu l’entends, comme tu en as besoin, c’est ton espace. Tu l’as toujours fais avec beaucoup de tact et de pudeur.
      Bisous

      PS: S. doit se régaler de voir ton ventre s’arrondir!

    • merci beaucoup pour tes mots Lilou, malgré ta souffrance. Oui S. est très contente! je te souhaite tellement de vivre le même bonheur très bientôt. je reviendrai dans mon prochain post sur vos échanges avec Barbidou. gros gros bisous!

    • J’avoue que cette phrase m’a peinée également. Je me suis sentie visée car pendant que tu découvrais ton +++ sous le sapin, je découvrais le sang de mes règles. Encore une fois. Alors c’est vrai ce jour-là, j’ai mis du temps à venir te féliciter. Surtout que toi, tu m’as toujours soutenue. Mais c’était vraiment le bad bad timing. Et puis. Faut dire ce qui est. C’est quand même plus facile de féliciter quand le parcours porte ses fruits. Chacune de tes FIVs (à part celle qui a été interrompue faute de répondant) a donné un positif.
      J’ai fait 4 FIVs. Pas eu une seule accroche avec et surtout 2 FIV pour rien. Pour la gloire…
      Des fois, je crois que les gens n’imaginent pas combien c’est usant. Les échecs qui se répètent sans fin.
      Alors oui, des fois, j’arrive à féliciter. Je ressens vraiment de la joie et même…Et ça, c’est déjà une gageure… Un peu d’espoir.
      Mais des fois… ça coince. ça n’empêche pas que je revienne pour féliciter et me réjouir plus tard. A un meilleur moment.
      Quand on fait parti des chats noirs de la PMA, c’est très difficile de « savoir » se réjouir et cela quel que soit le moment du parcours. ça devient même de plus en plus difficile. Et je le déplore moi-même.
      Chienne de vie quoi !

    • Cette même Barbidou m’a bcp fait de peine… « sait se réjouir » ; « peut se réjouir » ? Cette analyse fait-elle apparaître la frontière de compréhension entre PMettes ? La frontière entre le ressenti de celles qui ont réussi et réussissent et celles qui ne font juste qu’une collection d’échecs. Entre des parcours de moyenne durée et des parcours de 5, 6, 7 ans… ? A priori oui ?
      J’ai beau être ‘jeune’, mes années sont en grande partie sacrifiées depuis 2008 sans l’ombre d’un succès et sans idée de ce contre quoi je me bats. Je viens de passer une année sans transfert. Mon Noël a été un ‘enfer’. Et ce n’est que le 5 ou 6ème Noël, et c’est de plus en plus douloureux.
      Pourquoi juger et non comprendre ? Pourquoi juger hâtivement quand la souffrance est là ? Les nanas qui ne « savent » pas se réjouir (parfois, en ce moment, toujours…), ont un cœur immense juste bien trop douloureux par moment pour servir du happyface à tout bout de champ. Pour se voiler la face et celle des autres. La sincérité de ce qu’on écrit a bien trop de valeur. S’il faut assumer son incapacité à se réjouir parfois ou tout le temps en cas de bad timing, je l’assume, son aigritude, je l’assume, … Les succès en PMA sont indépendants les uns des autres et non transposables d’un couple à l’autre car aucun cas n’est le même. A force de scoumoune, le succès des autres n’est que celui des autres et absolument pas un nouvel espoir.
      Quel ressenti, où en serais-tu si depuis tes tous premiers essais de FIV, tu étais tjs en rade complète ! Je pense pouvoir le dire…
      Il ne devrait pas y avoir d’opposition et d’incompréhension. Encore moi de toi, que je porte dans dans mon coeur.

  17. Quel joli billet, qui résume bien ce que toute PMette qui « gagne » ressent : de la joie mais aussi du stress, de la pudeur mais aussi l’envie de crier sur les toits « ça y est, j’y suis arrivée ». Les femmes enceintes fertiles sont réputées pour leur égoïsme… Nous PMettes, on reste toujours sur la défensive, pudiques et surtout on mesure la chance que nous avons ! Alors prends soin de toi et de tes p’tits loups… pour une fois, pense à toi, à cette chance que tu as de porter la vie. On sait toutes que tu n’en oublies pas pour autant celles qui galèrent !

    • « Les femmes enceintes fertiles sont réputées pour leur égoïsme… »
      Que c’est triste de lire ça. Je suis scotchée…. !
      Je suis fertile, j’ai deux beaux enfants, et je suis archi consciente de ma chance, je ne suis que gratitude quand je les regarde. Je sens souvent que je n’ai pas ma place dans les commentaires sur ces blogs, et pourtant ça ne m’empêche pas d’être hyper sensible à ces parcours de galère pour en avoir dans mon entourage, d’envoyer des bonnes ondes et des mots de soutien.
      Puissiez-vous ne pas être aigrie et ne pas en vouloir aux autres qui ne galèrent pas. Elles ont aussi leur lot de détresses, même si vous penserez certainement que ce n’est « rien » par rapport à la votre. On ne fait pas un concours, on est sœurs en humanité, alors laissons, s’il-vous-plait, ces jugements violents et à l’emporte-pièce…

    • Tu as raison, Sybille, je généralise un peu vite. Tant mieux si ça en fait réagir quelques unes : je suis ravie de voir qu’il y a des exceptions et que certaines s’intéressent malgré tout à nos parcours (et je me suis considère déjà comme méga chanceuse), c’est très rare.
      J’ai dans mes « amies » des gens qui ne savent même pas en quoi consiste une FIV et qui s’en foutent. Ca ne les empêche pas, enceintes, de se plaindre de tous les maux de la terre. La dernière en date, il y a 5 jours, qui avoue avoir une peur panique des aiguilles et doit consulter pour ça. Je comprends que ça lui pourrisse la vie mais mon parcours fait que j’ai juste envie de lui dire « va faire un tour en PMA, ton souci va se régler tout seul ». Mais tu as raison, c’est méchant, gratuit et vain. Et ce n’est en aucun cas un concours de « celui qui souffre le + pour devenir parent ».
      Profite bien de tes enfants et j’espère qu’ils seront comme toi, ouverts et conscients des parcours « différents ».

    • Sybille, Luckylibellule, je vous invite à lire mon post de 2011 Dans les bras d’une femme enceinte, alors que j’étais en pleine galère. ça ne m’a pas empêché d’écrire Ras-le-bol qui était le post suivant. La PMA, c’est les montagnes russes en émotions! Quelquefois on découvre ou on redécouvre des êtres chers qui savent être si proches de nous sans savoir ce que l’on vit (je pense à S), et parfois l’entourage n’aide vraiment, mais alors vraiment pas! Heureusement que toutes les femmes fertiles ne sont pas des pestes égocentriques et sans coeur car franchement, déjà que la vie n’est pas juste!!
      je trouve ton empathie exemplaire Sybille. J’aimerais que plus de femmes fertiles soient comme toi. Mais malheureusement, comme le décrit bien Luckylibellule, c’est quand même plus souvent l’inverse. Les S, les Do, les sybille, sont… je n’irai quand même pas jusqu’à dire exceptions, mais un peu quand même. Le plus souvent je crois, c’est plus de la grande maladresse que de la méchanceté. Et déjà qu’une PMette se dévalorise, se culpabilise, se sent inférieure à une femme fertile, entendre des mots blessants, incongrus, du style « ça n’a pas l’air si terrible que ça », je te promets, tu t’en souviens!!
      Je reviendrai sur tout ça dans mon prochain post.
      bises à toutes les 2

    • Merci pour ta réponse, Lucky Bellule, cela m’a touchée. Je crois qu’en matière de femmes fertiles, il en est comme du reste de la population, il y a des personnes bienveillantes et d’autres non, et c’est certainement d’autant plus douloureux d’être confronté à des personnes toxiques ou même juste indifférentes quand on souffre tant ; de te / vous lire me fait prendre conscience à quel point d’ailleurs.
      Je te souhaite le meilleur à toi aussi !

  18. Je comprend ça. Le peu de temps que j’ai passé enceinte, je ne savais pas comment en parler sur mon blog non plus. l’impression de ne pas être légitime (et pourtant pas de culpabilité non plus). Enfin, fais surtout comme tu le sens.

  19. J’imagine que c’est pas simple ce changement « d’état », de passer de PMette angoissée à future maman épanouie. Il te reste encore quelques mois pour apprivoiser cette nouvelle vie. Pour ce qui est des PMettes, tu le sais, on sait se protéger en prenant de la distance quand il le faut. Ici c’est ta bulle, l’endroit où tu peux exprimer tout ce que tu ressens librement… Je te fais de grosses bises !

  20. Bonjour,
    Je poste pour la première fois sur ton blog que j’ai découvert il y a environ 12 semaine.
    Ce qui est drôle c’est que je suis une PMette moi aussi bien sur mais surtout j’attend des jumeaux comme toi et à 5 jours prêt nous sommes au même stade de grossesse. Puisque ma ponction est du 5 octobre! FIV numéro 2 avec arrêt de traitement entre la 2 et la 3 donc je dis souvent que c’est ma FIV 2 et demi!
    J’admire ton courage et celui des autres PMette blogueuses car moi qui suit une Pro du blog pendant mes vacances ( blog très suivi chaque année pour nos vacances à l’etranger ) je n’ai pas réussi à me lancer pour ma grossesse. Pour ma PMA je n’ai pas pu non plus.
    Bref, je me retrouve beaucoup dans ton dernier billet, notamment pour les fringues de grossesse, le ventre qui depuis 15 jours poussent beaucoup plus vite. Je parle plus facilement à mon entourage mais surtout à ma sœur aînée, PMette elle aussi et qui a été mon meilleur soutien dans tout mon parcours. Je crois que c’est plus facile quand on parle à des gens qui ont vécu tout ça aussi!
    En tout cas, sache que tu es déjà bien plus courageuse que celles, comme moi, qui ne se lanceront rudement jamais dans un blog! Donc peu importe la fréquence de tes post, c’est déjà beaucoup!
    Bon courage pour la suite.
    Mélan’s

  21. Tu sais quoi ? Ne te sens obligée de rien ! Vis ! Ressens ! Cette grossesse, c’est avant tout une révolution dans ton corps et dans votre vie à tous les deux. Vous avez absolument droit à cette intimité après avoir dû tout exposer. Bises !

  22. Pouahhhh ! C’est encore un torrent de larmes que ton billet provoque chez moi… C’est tellement beau, tellement magique ce que tu vis !
    J’espère que moi aussi, bientôt, je ne pourrai plus écrire…
    Je t’embrasse. Câlin virtuel sur ton joli ventre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s