Foreigners everywhere

Le départ est programmé. La ponction aura lieu mercredi matin. Nous partons demain. Tout est prêt, un peu in extremis : les médicaments pour la donneuse, les miens, l’argent (merci papa et maman), les arrêts de travail, la réservation du studio, et l’endomètre, qui était à 9 mm jeudi. Ne restent plus que les billets d’avion. La coordinatrice est vraiment ultra gentille. Tout est allé tellement vite que je n’arrive pas encore à y croire… même si j’ai hâte d’y être.

J’étais là, à tapoter sur mon clavier en regardant notre petit jardin doux et silencieux sous la fine bruine de ce samedi après-midi, et je me disais que lorsqu’il nous retrouvera, rien ne sera plus comme avant. J’ai peur. J’ai peur de ce qui nous attend. Non pas de la procédure médicale car ce doit être peu ou prou la même qu’en France, et, à mes dépends, je la connais par coeur. Non, j’ai plutôt peur d’un faux pas, d’une erreur, d’un « pas de chance » : une ponction blanche (ben oui ça peut arriver à tout le monde…), un endomètre trop épais, trop peu d’embryons pour en congeler, ou de mauvaise qualité (quoique des embryons de « mauvaise » qualité peuvent faire de beaux bébés, cf Irouwen). Mais cette fois l’enjeu est d’autant plus important que l’investissement financier et émotionnel est énorme : retenter notre chance ne se fera pas de sitôt.

Nous partons. Nous partons chercher en Grèce ce que la France s’interdit encore d’apporter à ses citoyens stériles. Nous partons dans un pays étranger tenter de concevoir ce que notre pays natal se refuse à nous permettre. Maintenant je ne sais plus de quel pays je me sens étrangère finalement.

Lorsque nous avions visité l’exposition J’ai 2 amours à la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration il y a quelques mois, je m’étais attardée sur ce néon, extrait de la série Foreigners everywhere (étrangers partout) réalisé par le collectif Claire Fontaine.  L’oeuvre est composée d’une série de néons traduisant cette expression en différentes langues, utilisant les codes de la communication et de la consommation pour mieux les critiquer : « il est clair qu’aujourd’hui l’immigration et l’émigration ne sont plus de simples épiphénomènes liés à l’économie. Ce sont des expériences existentielles », expliquait Claire Fontaine.

Le seul néon de l’expo, ξένοι παντού, il était en grec.

Publicités

12 réflexions sur “Foreigners everywhere

  1. Douce et tendre Lueur j’attendais des nouvelles suite à la synchronisation.
    Bon vous êtes déjà sur place maintenant.
    Oui c’est très étrange comme expérience, teintée d’inquiétudes, de questions, de remise en question, d’espoir, beaucoup d’espoir, de voir enfin une belle issue à ce chemin éprouvant qu’est l’infertilité.
    Et oui, la France est nulle en ce qui concerne la prise ne charge de l’infertilité, les réponses qu’elle apporte sont loin d’être à la hauteur des besoins.
    Moi et mes deux embryons de mauvais qualité, devenus de superbes bébés d’amour te souhaitons la plus douce des aventure humaine, la parentalité.

  2. Je te lis aujourd’hui mercredi et je réalise que la ponction a lieur ce matin. Quelle aventure. Je suis de tout cœur avec vous et je croise les doigts très très fort. Votre courage et vos démarches méritent d’être récompensés. Plein de bises

  3. Alors ça y est, c’est le grand départ ! Quoi qu’il se passe par la suite, ce voyage restera un tournant dans ta vie, un moment fort et marquant pour ton couple.
    Je vais penser bien fort à toi, à vous. Je sais tellement ce que tu ressens, la joie, l’excitation mais aussi la peur…
    Je te souhaite beaucoup de bonheur.

  4. Bon voyage, un grand et beau voyage vers l’espoir et j’espère la concrétisation au retour… Et je rejoins la réflexion de Céline, c’est vrai que ces 2 pays « eldorado » des infertiles sont bien mal vus et critiqués par ailleurs…. Quel monde étrange… Apo

  5. Bon voyage et bon courage pour cette aventure.
    C’est dingue de voir comme des pays cloués au pilori par les médias (la Grèce et l’Espagne) peuvent être autant porteurs d’espoirs pour de nombreux couples…
    je croise les doigts pour vous…

  6. « Expériences existentielles », quelle jolie expression – qui me parle beaucoup, de par ma propre histoire et celle de ma famille.
    Je vous souhaite à tous les deux de démarrer en douceur cette nouvelle expérience de vie. Je penserai fort à vous demain.
    J’aime le clin d’oeil du néon…
    Bises

  7. Quelle émotion !! le départ, le voyage vers l’espoir ! Tout va bien se passer j’en suis sure !
    De tout coeur, je vous souhaite un beau voyage. Je croise d’ores et déjà pour votre réussite…
    Bises

  8. Oui, ça va vite ! Nous aussi nous avions été surpris par ce tempo, très différent de celui que nous avions vécu jusque-là !
    Effectivement, tu ne seras pas dépaysée par l’aspect médical, mais tu verras que malgré tout ça n’a rien à voir, du fait du dépaysement du lieu déjà…
    Je vais beaucoup, beaucoup penser à toi et te souhaite de revenir de ce séjour transformée !!! 😉

  9. Je viens de répondre à ton comm’ sur mon blog et découvre à l’instant ce dernier billet… qui m’émeut particulièrement.
    Ça y est, c’est pour mercredi ! Toutes ces années d’effort, de combat vont, je vous le souhaite de tout cœur, être récompensées à l’issue de ce voyage.
    Je suis très sensible à ce que tu dis en fin de billet… On en parlera j’espère un jour… Bon vent, ma Lueur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s