Ras-le-bol

Il y a des jours qui se suivent et ne se ressemblent pas, vraiment pas. Dans mon dernier post j’étais plutôt apaisée, ça fait du bien d’être dans cet état. Là, je replonge. Il faut dire que ma journée a été super chiante.

Pour commencer, un mail que je reçois au bureau du mari d’une de mes anciennes collègues qui explique combien il nage dans le bonheur depuis la récente naissance de leur enfant avec, je vous le donne en mille, plusieurs photos du nourrisson en pièces-jointes. Ensuite, la collègue qui est tombée enceinte en même temps que moi est revenue au travail, après un an. Aujourd’hui je suis tombée sur les photos du bébé qui tapissent son bureau. Et forcément, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que sans cette fausse couche, j’aurais un bébé de cet âge, tel que celui-ci.

Clou de ma détresse, Amour m’apprend ce soir en rentrant qu’une de ses collègues, que je connais bien par ailleurs, est enceinte. Elle qui fume, elle qui soit disant ne pouvait plus avoir d’enfant après son premier, elle qui annonce la « bonne nouvelle » à Amour avec la plus grande des maladresses… Elle est enceinte.

Il y a des jours où j’arrive à vivre avec l’injustice de la vie, à croiser quotidiennement les dizaines de femmes dans le métro sans que les larmes ne montent, en me disant toujours que j’ai plus de chances que certains et moins que d’autres. Mais il y a des jours où je n’y arrive pas. Et là j’en ai vraiment ras-le-bol de tout ça. Jamais ça ne m’arrivera.

Publicités

4 réflexions sur “Ras-le-bol

  1. merci pour vos pensées et vos messages d’espoir les filles! Car je sais que ce n’est pas toujours rose pour vous non plus, et cela me touche d’autant plus! Vous êtes capables de redonner de l’espoir quand vous-même vous en manquez, merci!

  2. Ca doit vraiment être terrible… déjà juste en étant en PMA, c’est vraiment duloureux de cotoyer des femmes enceintes… Donc j’imagine que ce doit être encore plus douloureux après une fausse couche. Garde espoir et courage. Bisous

  3. Comme je te comprends… C’est si dur, on n’en voit pas le bout, tant d’énergie, d’incertitudes, de douleurs…Il faut tous les jours trouver le courage de se relever et d’avancer, mais parfois, on n’en peut plus, on s’effondre sous le poids de cette douleur…

  4. il est normal de se sentir blessée qd les grossesses sont nombreuses et proches. j’entends celle de la collègue, des photos sur le bureau, de ce qui ravive ta douleur.
    il faut te dire que  »
    oui, tu y arriveras,
    oui tu fais tout ce qu’il faut pour,
    oui tu le mérites
    oust les autres,
    dehors la douleur qui pourrit la vie… »
    je te souhaite de retrouver une lueur d’espoir.
    bizzzz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s