Je voudrais ne jamais être née

Tout est dit.

Les échecs se multipliant, je me prépare fatalement à l’échec définitif. C’est donc bien évidemment très dur à vivre, et impossible à envisager. Il est impossible qu’Amour n’ait pas d’enfant, impossible. Si je le quitte, je mourrai immédiatement. Si je reste avec lui, je mourrai à petit feu. Il est inconcevable qu’il n’ait pas d’enfant.

Sans moi, il aurait déjà un voire deux enfants. Il se réaliserait dans leur éducation, prendrait pleinement sa place de père. Il serait là derrrière chacun de leurs pas, de leurs coups de pinceaux, de leurs jeux. Grâce à lui, ses enfants seraient des êtres réfléchis, éclairés, empathiques.

Amour serait heureux si je n’existais pas.

Publicités

13 réflexions sur “Je voudrais ne jamais être née

  1. Je pense que tu devrais demander son avis à Amour. Si il lui avait été possible de vivre sans toi, crois-tu qu’il se serait infligé tout cela comme tu le fais remarquer ? Je ne crois pas.
    Il tient à toi et ne semble pas envisager sa vie autrement qu’à tes côtés. Vous êtes tous les 2 victimes d’une injustice, et c’est à 2 que vous y arriverez. Je crois au contraire que plus d’un homme aurait déjà fait demi-tour….mais ce n’est pas son cas. Tu le mérites autant qu’il te mérite, alors tenez bon…à deux

  2. je suis très mal placée pour te faire la moral puisque je traverse une période un peu comme toi… mais il ne faut pas baisser les bras. Il faut se retirer ce sentiment de culpabilité, essayer d’évacuer les choses négatives… pourquoi ne pas faire une pause? se ressourcer…. je t’envoie plein de gros bisous de courage

  3. Comment peux-tu à nouveau penser et tenir de tels propos? Amour fait le choix de la vie et non pas de la stérilité avec toi!!! Votre amour est fécond, lui! Il est fécond de tout ce que vous avez encore à construire, à vivre, à faire grandir!! Je comprends et je revis avec toi ce sentiment de culpabilité, de dégoût de soi… Et il est normal, nul besoin de se culpabiliser de ça! Mais si tu te laisses envahir par cette vague de détresse, si tu te laisses tomber dans ce gouffre de désespoir, ce n’est pas seulement toi que tu vas faire mourir à petit feu, mais c’est lui aussi… Certes, le chemin est long et difficile, mais vous êtes deux à affronter cette tempête que la vie a mis sur votre route…. Vous êtes DEUX!!!….. et on est là, aussi… avec les moyens du bord, mais on est là, on tient tant bien que mal, mais on tient avec toi, avec vous…. Garde en toi l’espoir d’un prochain oasis dans lequel tu pourras te ressourcer, dans lequel tu pourras goûter à un petit bout de bonheur avec Amour… Il t’Aime, on t’Aime….

  4. Merci merci merci mille fois les petites fées pour vos messages d’encouragement et de soutien. Ne t’inquiètes pas Lily, je panse toujours mes plaies. Oui nous avons eu le résultat de cette IAC6, négatif bien sûr.
    @Leo : merci de tes pensées tout d’abord. Tu imagines bien qu’avec 6IAC et une impossibilité chronique d’aller jusqu’à la FIV, j’y pense au don d’ovocytes, mais je reste perplexe. Oui, en effet, ça serait bien… juste pour Amour…pour l’instant je n’arrive pas à aller au-delà du « je serais juste la mère porteuse de son enfant » dans ma réflexion… Et puis je pense tellement à Irouwen et j’ai tellement le coeur brisé pour elle… Je ne sais pas si je serais capable de tant de sacrifices (abandon de l’idée d’un enfant avec mes gènes, vivre bien avec cette idée malgré tout), de tant d’investissements, financier d’abord (c’est peut-être secondaire mais quand même, ça ne coûte pas 2 sous), émotionnel ensuite et surtout.. Vivre l’échec d’une FIV classique, c’est déjà tellement dur, je n’imagine même pas celui d’une FIV avec don d’ovocytes… Irouwen est tombée de son échelle à rêves, moi aussi je l’avoue, même si j’étais sans doute montée moins haut qu’elle, ça fait quand même mal. Je n’ai que 27 ans, merde, je n’arrive pas à me résoudre à ne jamais avoir d’enfant. Je vous embrasse toutes fort et je croise les doigts pour vous toutes les FIVettes de juin/juillet.

  5. Bonjour,

    Ton dernier post me trotte dans la tête depuis plusieurs jours, et me fend tout particulièrement le coeur.

    Mais si c’est si dur (et ça l’est évidemment), pourquoi ne pas tout tenter? Pourquoi ne pas te tourner par exemple vers le don d’ovocyte? Tu es jeune, et les taux de réussite sont excellents; l’enfant ressemblera à son père, et tu l’auras dans tes bras dès la première seconde de sa vie : qu’importe le reste?

    Je ne me permettrai pas de te parler de cela, si je n’avais évidemment envisagé cela pour moi: lors de ma 4ème fiv, j’ai commencé à me renseigner sur les cliniques en Espagne, et un poids énorme m’a alors été retiré des épaules. Et ma soeur (qui souffre également d’IO, je t’en avais déjà parlé), va faire un premier transfert d’embryon suite à un DO la semaine prochaine.

    Ce n’est qu’un modeste conseil: pour le reste, je ne peux que te dire que je comprends totalement ta souffrance, et pense à toi souvent.

    Anne (Léo).

  6. Ton homme t’aime, il t’a choisi. Alors non, il ne « mérite » pas d’enfants plus que toi ou moi. Cette putain d’infertilité est injuste mais ce n’est pas de notre faute.
    L’amour est un sentiment profond et multiple, il ne se limite pas à une belle gueule, la capacité de procréer ou de la gentillesse.
    Parle avec lui, parle de ta souffrance, ton inutile culpabilité et fais toi aider à l’extérieur, tu as besoin d’y voir clair.
    Courage, je sais qu’on se sent la plus nulle et minable des femmes, mais c’est la vie. Tantôt merdique, bien la plupart du temps et moins souvent géniale.
    gros bisous

  7. ce sentiment de culpabilité existe en toute femme PMette. C’est d’ailleurs normal. Mais s’il t’a accompagné dans cette lourde épreuve, il ne te laissera pas tomber. Vous etes deux sur ce chemin et c’est une double force qui va vous faire avancer.
    courage ma belle!

  8. Il t’aime, il te veut toi… Et ensemble vous affronterez les épreuves… Parle avec lui de tout ça. Qu’aurais tu fait si la situation avait été inversée?
    bises

  9. tu nous fais un gros coup de cafard après la dernière tentative. le moral à zéro c’est normal.
    Dis-toi cependant que tu as encore droit à des tentatives.
    Dis-toi aussi que cet homme a choisi de vivre avec toi, de t’aimer et d’avoir des enfants et même de ne pas en avoir, avec toi.
    les hommes sont bien différents. le tien te l’a dit « il peut vivre sans enfant ».
    il ne dit pas ça pour te faire plaisir ou t’épargner. il te le dit car il pense vraiment que l’essentiel est « vous, votre amour, votre couple ».
    dis-lui que tu vas mal, dis-lui tes angoisses , dis-lui aussi ton amour pour lui.
    ne reste pas comme ça…
    nous sommes là pour te soutenir; lui il est là aussi, il t’aime fort. il ne demande qu’à t’aider, qu’à savoir que tu vas si mal.
    bizzz de courage et de soutien
    prends soin de toi.

  10. Je comprends ton sentiment de culpabilité mais dis-toi vraiment que c’est avec toi qu’il veut des enfants et personne d’autre !!

    Il faut aussi lui parler de ta culpabilité pour te rendre compte de cet état de fait : c’est avec toi qu’il veut être.

    Nous on en parle bcp car j’ai aussi tendance à culpabiliser bcp.

    bisous

  11. Alors là, je dis : STOP, NON !!!!
    Est-ce qu’il sait que tu pense ça ton Amour ????
    J’ai eu cette tendance là à un moment, me dénigrer. Mais non, il ne faut pas.
    Il faut communiquer, si ce n’est pas déjà le cas.
    Il a le choix lui aussi, il décide de vivre avec toi, de vouloir des enfants avec toi.
    Il pourrais faire autrement, mais non, alors ne te met pas la tête sous l’eau.
    Regarde ce que vous avez ensemble. Ce que vous souhaitez avoir.
    Le désir d’enfant non accomplit, ne doit pas venir assombrir tout le reste.
    Et tout le reste c’est important.
    EN plus, l’esprit négatif ne permet pas d’avoir les idées claires pour le combat.
    Et puis, rien n’est définitif dans la vie, tant que l’on est vivant !!

    Alors, là, tu tiens des propos excessifs, tu as sans doute besoin d’un grand réconfort, d’une grande preuve d’amour et de soutien. Un profond besoin de réassurance qui permet de repartir soulagée et positive.

    Si tu es née, ce que tes parents t’ont désirée. Qu’est-ce qu’ils penseraient de ce que tu écris !!

    Allez bichette, on ne baisse pas les bras. On relevé la tête et on regarde au loin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s